Sélectionner une page

Si tu portes un quelconque intérêt au Japon et surtout à la langue japonaise, tu as déjà dû entendre parler de divers tests de japonais à destination des étrangers, notamment le fameux JLPT. Le JLPT, oui, mais pas que ! Il faut savoir qu’il existe d’autres tests qui, selon ta motivation et tes objectifs, peuvent t’aider à avancer dans ce beau pays qu’est le Japon. Dans cet article, nous passons en revue 5 tests qu’il pourrait s’avérer utile (ou motivant) de passer lorsque l’on vit au pays du Soleil levant.

JLPT : Japanese Language Proficiency Test

Logo JLPT

Site officiel : https://www.jlpt.jp/e/

Nombre de candidats par an : plus d’un million (tous niveaux et pays confondus)

Thème et format : vocabulaire, grammaire, lecture et écoute sur des sujets de la vie quotidienne.

Objectifs du JLPT

Le JLPT est de loin le certificat d’aptitude à la langue japonaise le plus répandu. S’il ne démontre pas tout le temps le niveau de conversation d’une personne, il en dit beaucoup sur sa capacité à comprendre le japonais à l’écrit comme à l’oral. Les deux niveaux les plus élevés, N2 et N1, peuvent être bénéfiques de diverses manières : traitement de faveur auprès des services d’immigration lors d’une demande de visa, accès à l’emploi facilité (selon le type d’emploi, le JLPT N1 ou N2 peut être requis), accès aux études supérieures (beaucoup d’écoles de type Senmongakkou demandent au moins le JLPT N2 à l’inscription), etc.

 

J-Test

Logo J-test

Site officiel : http://j-test.jp/

Nombre de candidats par an : environ 70 000

Thème et format : lecture et écoute sur des sujets de la vie quotidienne.

Objectifs du J-Test

On le comprend rien qu’en voyant le nombre d’inscrits : ce test est moins populaire que le JLPT. De même que ce dernier, il sert à évaluer les capacités de compréhension d’une personne en langue japonaise. Sur le site officiel, on trouve également une liste des écoles supérieures et entreprises qui donnent de la valeur à ce test.

 

BJT : Business Japanese Proficiency Test

Site officiel : http://www.kanken.or.jp/bjt/english/

Nombre de candidats par an : entre 5 000 et 10 000

Thème et format : Lecture et écoute dans un contexte professionnel

Objectifs du Business Japanese Proficiency test

Plus accès sur le japonais usité dans le domaine des affaires, ce test vise à évaluer la capacité d’une personne à communiquer et assimiler des informations dans un contexte professionnel. En plus des connaissances pratiques qu’il peut apporter, ce test peut apporter plus de crédibilité à une personne lors d’une candidature à un emploi, par exemple. Selon le site officiel, un bon score au BJT pourrait également influencer positivement la décision des services d’immigration lors d’une demande de visa.

 

Kanken : Kanji Kentei

Logo Kanken

Site officiel : http://www.kanken.or.jp/kanken/

Nombre de candidats annuels : plus de 2 millions

Thème et format : Écriture et lecture des kanjis japonais

Objectifs du Kanji Kentei

Contrairement aux autres tests mentionnés ci-dessus, le Kanji Kentei n’est pas uniquement destiné aux étrangers, bien au contraire. Ce test permet d’évaluer la capacité d’une personne à lire, comprendre et écrire correctement les kanjis japonais. Il ne remplacera donc jamais d’autres tests comme le JLPT ou le BJT, mais il peut leur être complémentaire. Selon le site officiel, le Kanken peut être un atout non négligeable sur un CV ou pour poursuivre des études au Japon. Personnellement, je compte le passer juste pour me donner un objectif et une raison d’étudier régulièrement.

 

EJU

Logo EJU

Site officiel : https://www.jasso.go.jp/en/eju/index.html

Nombre de candidats annuels : entre 50 000 et 100 000

Thème et format : Lecture, écriture et écoute sur le thème choisi

Objectifs de l’EJU

Destiné aux étudiants étrangers désireux d’entrer dans une université japonaise, ce test est bien plus “scolaire” que les autres dans la mesure où il ne couvre pas seulement la langue japonaise, mais aussi des matières telles que les sciences ou les mathématiques. De nombreuses facultés exigent un certain score à ce test pour pouvoir y être accepté, il est donc recommandé de le passer si l’on veut faire ses études dans une université japonaise. Personnellement, je l’ai tenté “juste pour voir”, et j’avoue : c’était méga difficile. Plus que le JLPT N1 à mon goût (surtout au niveau du temps alloué), alors si tu veux le passer, il va falloir carburer !

C’est bien beau tout ça, mais…

Comment s’y retrouver ? S’il est vrai que tous ces tests peuvent prêter à confusion, il y a bien une chose dont on est sûr : le JLPT reste (et restera sûrement) le certificat le plus connu et reconnu sur l’archipel nippon. Les autres ne feront que, pour la plupart du temps (sauf l’EJU qui est un cas particulier), donner plus de crédibilité à ton JLPT. Personnellement, j’ai l’intention de tenter le BJT et le Kanji Kentei pour deux raisons : le premier me permettra d’engranger du vocabulaire qui me sera utile en tant qu’entrepreneur au Japon, et le second me donnera plus de crédibilité en tant que traducteur.

Et toi, lequel comptes-tu passer ?

Cet article t'a plu ? Suis Two Steps From Japan sur Facebook, Instagram et Twitter pour ne rater aucune des prochaines publications ! N'hésite pas non plus à laisser un petit commentaire ou partager cette page avec tes amis, ça me ferait un énorme plaisir, et mieux encore : ça m'aiderait à offrir de nouveaux contenus de qualité régulièrement.

Alex - TSFJ